(45) Orléans, Blois, Montargis :
02 38 80 20 50
(77) FontaineBleau, Meaux, Melun :
01 64 23 74 43
(75) Paris :
06 68 50 56 41
(91) Evry, Corbeil-Essonnes, Saint-Geneviève :
01 60 15 56 10
Afficher la navigation
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Droit des victimes et indemnisation > VICTIMES: la mise en cause des médecins est toujours possible et le ministre de la santé ne peut rien empêcher!

VICTIMES: la mise en cause des médecins est toujours possible et le ministre de la santé ne peut rien empêcher!

Le 10 mai 2011

les médecins peuvent faire l'objet de poursuite lorsqu'ils ont manqué à leur obligation de conseil, lorsqu'ils ont été négligeants ou encore lorsqu'ils ont prescrit à leurs patients un traitement qui a nui à leur santé sans s'assurer au préalable des effets sur la santé du patient, des effets négatifs du traitement ou du médicaments.

les juridictions françaises ont déjà eu a trancher de cette question de la responsabilité des médecins.  Le médecin est poursuivi quand les données actuelles de la science auraient du lui permettre de prévenir son patient des dangers qu'il encourrait et surtout le médecin devait se dispenser de prescrire un produit défectueux ou toxique, en un mot dangeureux !

l'action des victimes est donc impérable et sera nécessairement reçu favorablement par les tribunaux, selon la jurisprudence actuelle.

Ni le ministre de la santé, ni aucun syndicat de médecins ne peuvent s'opposer à la possiblité donnée aux patients victimes des actes fautifs de leurs médecins de poursuivre en justice les médecins...et la colère des médecins contre le gouvernement et en particuliers contre le ministre de la santé, n'y changera rien.

Pour ce qui concerne le médiator les médecins qui ont prescrit le médiator peuvent être poursuivis par leurs patients victimes.

Cependant, il n'est pas nécessairement utile de  poursuivre les médecins. Encore faut-il que les médecins aient le courage d'assumer les conséquences malheureuses des médicaments qu'ils ont prescrit en aidant les victimes dans leur démarches de constitution de dossier. Cependant, cette possibilité est parfaitement autorisée pour les victimes.

Le minsitre de la santé trouvent absurde que les médecins soient poursuivis car ils ne seraient pas les fabricants. Ce qui est absurde, c'est de laisser croire que les victimes peuvent être empéchées de poursuivre les médecins responsables.

Le minstre de la santé semble être davantage ministre des médecins, protecteur des médecins qui exercent certainement de fortes  pressions notamment tant la crainte de leurs assurances de devoir payer est grande, plutot que ministre des victimes.

les victimes ont également besoin d'un ministre soucieux de leurs intérêts!

Le pseudo-fonds que veut mettre en place le ministre de la santé pour indemniser les victimes fait doublon avec les procédures déjà susceptibles de permettre l'indemnisation des victimes. Seulement le fonds "inventé" par le ministre de la santé en rapport avec l'O.N.I.A.M. (organisme peu soucieux de l'intérêts des victimes) cherche à écarter les victimes des procédures plus favorables déjà existantes. 

 

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Droit des victimes et indemnisation

c