Consultez notre espace vidéos

Demandez à être rappelé

Afficher la navigation
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Droit des personnes et divorce > DIVORCE ET DROITS DES PARENTS :EXERCICE DES DROITS: LES PERE ET MÈRE SONT-ILS ÉGAUX DEVANT LES TRIBUNAUX ?

DIVORCE ET DROITS DES PARENTS :EXERCICE DES DROITS: LES PERE ET MÈRE SONT-ILS ÉGAUX DEVANT LES TRIBUNAUX ?

Le 19 février 2013
DEVANT LA LOI, LES PERE ET MERE SONT EGAUX RELATIVEMENT AUX DROITS CONCERNANT LES ENFANTS.
CEPENDANT LES  PARENTS NE  LE  PERCOIVENT PAS  TOUJOURS  ET  TROUVENT SOUVENT  "INJUSTES"  LES DECISIONS  DES JUGES AUX AFFAIRES FAMILIALES NOTAMMENT  LORSQUE LA  RESIDENCE  DES  ENFANTS  EST FIXES CHEZ L'AUTRE PARENT  OU  ENCORE  QUAND LES  DROITS  DES PERE OU MERE SONT  LIMITES VOIRE  SUSPENDUS.
LA LOI  IMPOSE  AU  JUGE AUX AFFAIRES  FAMILIALES DE  SE  SOUCIER  DE L'INTERET  DES  ENFANTS. LE JAF  DOIT  DONC  RENDRE  UNE  DECISION QUELQUE FOIS  QUI  POURRA  CHOQUER LE  PARENT QUI N'AURA PAS  GAIN  DE  CAUSE, PARENT QUI  AURA  ALORS  LE  SENTIMENT  D'ETRE  DEFAVORISE VOIRE PRIVE  DE SES  ENFANTS.
LES EMOTIONS ET SENTIMENTS  PERSONNELS  FAUSSENT  SOUVENT LA  CAPACITE  DE  DISCERNEMENT DU PARENT  DONT LES  REACTIONS  SONT  SOUVENT  DISPROPORTIONNEES PAR  RAPPORT  A LA  REALITE  DU  DOSSIER.
SOIT QU'IL Y A DANGER POUR LES ENFANTS  ET LE  PARENT  NE L'ENTEND PAS,
SOIT QU'IL Y A  INTERET POUR  L'ENFANT  SANS  NECESSAIREMENT  QU'IL  Y  AIT  DANGER IMMEDIAT MAIS  LA  DECISION  S'INSCRIT  DANS  UN  CONTEXTE  VOIRE  DANS  UN  PROJET  A MOYEN OU LONG TERME VOIRE  COURT  TERME  AUQUEL CAS  IL  SERA  TOUJOURS  POSSIBLE  RAPIDEMENT  DE  REVENIR  SUR  LA  DECISION  RENDUE PAR LE  JAF.
SOIT QUE LA  SITUATION IMMEDIATE IMPOSE  UN  CHOIX QUI  BIEN QUE  DIFFICLE  A  ADMETTRE  COMME  OPPORTUN, L'EST. LE  CHOIX  EST LE MOINS  DRAMATIQUE COMPTE  TENU  DES  CIRCONSTANCES PROPRES  AU  DIVORCE.

IL  FAUT  CROIRE  SOUVENT,  EN DEPIT  DES  APPARENCES  PEUT-ETRE, QUE LE  JAF  A  VRAIMENT  LE  SOUCI  DE L'INTERET  DES  ENFANTS  ET  CHACUN  FAIT  AU  MIEUX  ALORS  MEME  QU'IL  SE PEUT  EFFECTIVEMENT  QUE  LA  VERITE  SOIT  PERVERTIE PAR  L'UN OU  L'AUTRE  DES PARENTS.
DANS  CE  CAS  L'AVOCAT  DU  DIVORCE  DOIT  TOUT  METTRE  EN  OEUVRE  POUR  PEU  QU'IL PUISSE  REVELER LA  VERITE POUR  PERMETRE  UN  CHANGEMENT  DANS LES  MESURES  QUI  ONT  ETE  PRISES PAR LE  JUGE AUX AFFAIRES  FAMILLIALES.

EN EFFET IL  ARRIVE QUE LA  SITUATION PEUT  ETRE  TRONQUEE PAR LA  PERVERSITE  ET LE  MENSONGE. LA CONSEQUENCE  C'EST  QUE LA  VERITE  DU  DOSSIER  ECHAPPE TANT  AU  JUGE  AUX  AFFAIRES  FAMILIALES QU'AUX  AUXILLIAIRES  DE  JUSTICE QUE  SONT  LES  AVOCATS.
CETTE SITUATION EST D'AUTANT INDAMISSIBLE  QU'INSUPORTABLE EU  EGARD AUX  ENFANTS QUI  VONT SOUFFRIR D'UNE  SITUATION QUI POURRAIT ETRE  POURTANT  EVITE.
POUR L'ESSENTIEL  IL FAUT  RECONNAITRE  QUE  SOUVENT LES  PERE  OU  MERE DES  ENFANTS  PERDENT  L'INTERET  DES  ENFANTS  DANS  UN  CONFLIT  QUE LA  PASSION  EMPECHE A  BIEN COMPRENDRE  CE  QUI  EST  NECESSAIRE  POUR  LES  ENFANTS  MAIS  EGALEMENT  POUR  EUX  MEMES  PARENTS DANS LEUR  RELATION  AVEC LES  ENFANTS ET  QUE  SEUL  LE  TEMPS  SOUVENT  PERMET  DE  CLARIFIER.

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Droit des personnes et divorce

c