Consultez notre espace vidéos

Demandez à être rappelé

Afficher la navigation
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Droit et humanité > DIVORCE ET HUMANITÉ : ESSAYER DE NE PLUS AVOIR PEUR DE LA PEUR.

DIVORCE ET HUMANITÉ : ESSAYER DE NE PLUS AVOIR PEUR DE LA PEUR.

Le 07 décembre 2013
LA PEUR PEUT ETRE MAITRISEE.

ESSAYER DE NE PLUS AVOIR PEUR POUR S'AIMER SOI-MEME ET AIMER TOUT COURT, LES AUTRES, LA VIE, MEME DANS LA RUPTURE, SURTOUT DANS LA RUPTURE, QUAND ELLE EST NECESSAIRE OU INEVITABLE.
L'AMOUR NE CRAINT PAS LA PEUR.
EST-CE DIRE QUE POUR AIMER IL NE FAUT PAS AVOIR PEUR OU BIEN QUE LA PEUR EMPECHE D'AIMER?
SOUVENT CETTE EXPRESSION "L'AMOUR NE CRAINT PAS LA PEUR" NE PEUT ETRE COMPRISE, VOIRE EST INAUDIBLE POUR LA PERSONNE QUI EST VICTIME DE VIOLENCES REPETEES PHYSIQUES OU PSYCHOLOGIQUES.
SANS COMPRENDRE LA PORTEE DE CETTE EXPRESSION "L'AMOUR NE CRAINT PAS LA PEUR", IL FAUT POURTANT SE LA REPETER SOUVENT CETTE FORMULE ET ESSAYER DE S'EN CONVAINCRE.

  -1°/POUR VAINCRE LA PEUR IL FAUT AIMER.
EN PREMIER: S'AIMER SOI-MEME.
S'AIMER SOI-MEME C'EST AVOIR DE L'ATTENTION POUR SOI, S'OCCUPER DE SOI.
IL Y  A UN PROCESSUS DE RECONSTRUCTION DE SOI QUI EST PAR ETAPE.
S'AIMER PARCE QUE AUTOUR  DE L'ETRE EN SOUFFRANCE, PERSONNE NE VEUT ETRE AIME, NE S'OFFRE POUR ETRE AIME.
PARCE QUE AUTOUR DE L'ETRE EN SOUFFRANCE, IL N'EXISTE QUE DES PERSONNES QUI VEULENT ETRE SERVIES, QUI N'ONT SOUCI QUE DE LEURS PROPRES INTERETS:
EPOUX MAIS AUSSI
ENFANTS.
SI POUR LES SECONDS, IL PEUT ENCORE Y AVOIR QUELQUE LEGITIMITE DANS LE SERVICE, POUR L'EPOUX CELA NECESSITE UNE RECIPROCITE QUI SOUVENT FAIT DEFAUT, POUR NE PAS DIRE QUE C'EST LE CONTRAIRE QUI PEUT SE PRODUIRE:
INDIFFERENCE,
EGOISME,
HUMILIATION,
VIOLENCE.
COMMENT S'AIMER QUAND L'EXISTENCE SE RESUME AU DENIGREMENT ET A LA VIOLENCE DE L'AUTRE, DE CELUI QUI DOIT LE PREMIER SECOURIR, OFFRIR SON AIDE, APPORTER SON SOUTIEN ET QUI, AU LIEU D'AGIR EN CONFORMITE AVEC CE QUI JUSTIFIE LE COUPLE, L'UNITE, AU CONTRAIRE, VA TOUT METTRE EN OEUVRE POUR DIMINUER ET DETUIRE?
A LA PLACE DE L'AMOUR, INDUIT DANS L'ECHANGE ET LA RECIPROCITE, LE DON MUTUEL, LA PEUR DE SUBIR ENCORE UNE BLESSURE S'INSTALLE DE PLUS EN PLUS PROFONDEMMENT. BLESSURE BEANTE, DE PLUS EN PLUS DOULOUREUSE. 
LORSQU'UNE PERSONNE DONNE TOUT CE QU'ELLE A, PLUS ENCORE QUE CE QU'ELLE A, CE QU'ELLE EST A L'AUTRE -ET C'EST AINSI QU'IL DOIT EN ETRE DANS LE COUPLE-, S'IL N'Y  A PAS RECIPROCITE VOIRE S'IL Y A MANQUEMENT MARITAL, ELLE SE RETROUVE SEULE, PERDUE, ABANDONNEE DU RESTE DU MONDE PARCE QU'ELLE N'A PLUS RIEN SUR QUOI S'ACCROCHER, PARCE QU'ELLE N'EST PLUS RIEN, AYANT TOUT DONNE, S'ETANT TOUT DONNEE!
LA VICTIME SE RETROUVE  SEULE  AVEC UNE ANGOISSE MORBIBE, CETTE PEUR COMME CONSTANTE DE SON EXISTENCE.
LA VICTIME A PEUR PARCE QU'ELLE SAIT QU'ELLE SERA BLESSEE.
ELLE VIT DANS L'APREHENSION DES COUPS QU'ELLE VA RECEVOIR ET QU'ELLE RECOIT:
PHYSIQUES OU
PSYCHIQUES -PSYCHIQUES, POUR DIRE TOUTES LES AUTRES FORMES DE VIOENCES-

  - 2°/LA PEUR DE LA PEUR:
CETTE EXPRESSION "L'AMOUR NE CRAINT PAS LA PEUR" SOUTEND QU'IL FAUT ESSAYER DE NE PLUS AVOIR PEUR D'AVOIR PEUR.
POUR NE PLUS AVOIR PEUR DE LA PEUR, IL FAUT D'ABORD ACCEPTER ET FAIRE ACCEPTER LE POSTULAT QUE LA PEUR N'EST JAMAIS ILLEGITIME.
LA PEUR RESULTE
DE L'ATTITUDE DE L'AUTRE,
DES AUTRES,
D'UNE HISTOIRE PLUS OU MOINS ANCIENNE, PERSONNELLE QUI A PROFENDEMENT BLESSEE ET QUI REVIENT EN ECHO DU FAIT
DE LA MAUVAISE ATTITUDE DU CONJOINT,
DE SON INCOMPREHENSION,
DE SON SILENCE, OU
DE SA FURIE. 
LA LEGITIMITE DE LA PEUR.
IL FAUT D'ABORD ACCEPTER CETTE IDEE QUE LA PEUR EST SOUVENT LEGITIME POUR TOUTES LES PERSONNES QUI VIVENT DANS UNE REELLE SOUFFRANCE.
ACCEPTER DE CONSIDERER SA PROPRE PEUR COMME ETANT LEGITIME EST DIFFICILE, MAIS NECESSAIRE.
CE N'EST PAS EVIDENT LORSQUE LA VICTIME EST DANS LE GOUFFRE.
LE LIEN ENTRE PEUR ET SOUFFRANCE:
LA PEUR RESULTE SOUVENT D'UNE SOUFFRANCE ACTUALISEE ET REPETEE, INFLIGEE A LA VICTIME DANS LE COUPLE.
CELA CONDUIT A AFFIRMER QUE LA SOUFFRANCE, QUELQUE EXPRESSION QU'ELLE PUISSE AVOIR, DE QUELQUE ORIGINE QU'ELLE PUISSE ETRE, EXTERIEURE OU PERSONNELLE, DOIT TOUJOURS  ETRE ACCEPTEE COMME UNE REALITE POUR QUI EST EN SOUFFRANCE.
ACCPETER CE N'EST PAS COMPRENDRE:
IL ARRIVE SOUVENT DANS LE COUPLE,  
DE NE PAS ETRE EN CAPACITE DE COMPRENDRE LES RAISONS DE L'AUTRE, OU
DE NE PAS COMPRENDRE SOI-MEME LES PROPRES CAUSES DE SA PROPRE SOUFFRANCE, L'ORIGINE DE LA SOUFFRANCE.
LE RESSENTI PERSONNEL:
C'EST POUR CELA QU'IL N'EST PAS NECESSAIRE DE COMPRENDRE POURQUOI L'AUTRE SOUFFRE, POUR ACCEPTER L'IDEE QUE L'AUTRE PUISSE SOUFFRIR.
CHACUN  PEUT SOUFFRIR DANS SON RESSENTI PERSONNEL, DIFFEREMMENT DU CONJOINT OU DES AUTRES PROCHES, PARENTS OU ALLIERS. POUR DES RAISONS QUI SONT DIFFERENTES DE CELLES AUXQUELLES LE CONJOINT EST ACOUTUME.
C'EST DIFFICILE, VOIRE IMPOSSIBLE SOUVENT D'ACCEPTER CETTE IDEE QUE L'AUTRE PUISSE SOUFFRIR POUR DES RAISONS DEFFERENTES DES SIENNES PROPRES.
LA VICTIME EST SEULE FACE A SA PROPRE SOUFFRANCE.
LORSQUE LA VICTIME N'EST PAS COMPRISE, N'EST PAS ENTENDUE, ELLE SE RETROUVE SEULE AVEC SA PROPRE SOUFFRANCE, QU'ELLE PORTE DONC SEULE.
SI ELLE A CONSCIENCE DE SA PEUR, CE QUI N'EST PAS TOUJOURS LE CAS, SI ELLE SAIT QUE SA PEUR EST FONDEE, C'EST UN GRAND PAS VERS SA DELIVRANCE.
SI ELLE N'A PAS FAIT L'ANALYSE DES CAUSES, ELLE DOIT TOUT LE MOINS SE DIRE QUE SA PEUR EST JUSTIFIEE, LEGITIME, NORMALE, EN QUELQUE SORTE DANS SON CONTEXTE DE VIE DOULOUREUSE.
NE PAS TROP Y REFLECHIR A LA PEUR:
INTELLECTUALISER  SUR LES CAUSES  DE LA PEUR N'APPORTE PAS GRAND CHOSE.
SE DIRE QU'ELLE A PEUR, EXPRIMER SA PEUR NE PEUT AIDER A S'EN DEFAIRE QUE SI LA PERSONNE ACCEPTE L'IDEE QU'ELLE PEUT SORTIR DU CYCLE INFERNAL DE L'EXPRESSION DE LA PEUR EN AFFIRMANT
QU'ELLE ACCEPTE SA PEUR,
QU'ELLE ENTEND SA PEUR,
QU'ELLE SAIT CE QU'ELLE EST ET
QUEL RAVAGE ELLE PRODUIT EN ELLE.
LA PEUR EST L'EMANATION DES SOUFFRANCES SUBIES:
C'EST SEULEMENT PAR CETTE CONSCIENCE DE SA PROPRE PEUR QU'ELLE PEUT SE DEMANDER SI ELLE DOIT CONTINUER A VIVRE AINSI.
POUR ENSUITE S'EN EXTRAIRE PAR LE REFUS DE VIVRE DANS UNE SORTE DE PROLONGATION DES SOUFFRANCES INFLIGEES.
C'EST PAR CE MOYEN, PAR LA CONSCIENCE QU'ELLE A DE SAPROPRE CAPACITE A NE PLUS AVOIR PEUR DE SA PROPRE PEUR, QUE LA VICTIME PEUT ARRIVER A RETROUVER LA VIE, QUE LA VICTIME PEUT SE DIRE  ENFIN:    
"J'ARRETE D'AVOIR PEUR DE LA PEUR", PUIS
"J'ARRETE D'AVOIR PEUR" ET ENFIN
"JE N'AI PLUS PEUR !"

   - 3°/L'AMOUR NE CONNAIT PAS LA PEUR ET RECIPROQUEMENT, LA PEUR NE CONNAIT PAS L'AMOUR:
CETTE ABSCENCE DE PEUR NECESSITE DE SE REMPLIR DE NOUVEAU, D'AMOUR.
DANS LES FAITS L'ETRE
SE SENT RENAITRE,
SE SENT REMPLIR PROGRESSIVEMENT MAIS DE FACON TANGIBLE DE VIE.
L'UN ETANT LE CONTRAIRE DE L'AUTRE.
L'AMOUR EST LE PLEIN, QUAND LA PEUR EST LE VIDE...PRECISEMMENT CE VIDE QUI ANGOISSE, QUI FAIT PEUR.
LES DEUX DEGRES DE LA PEUR:
LA PEUR DU PREMIER DEGRE, EST LA PEUR QUI EST ENGENDREE PAR LA VIOLENCE QUI A ETE VECUE.
LA SECONDE PEUR QUI ELLE FAIT DES RAVAGES SOUVENT DIFFICILES A SOIGNER, EST LA CRAINTE D'UNE PERPETUITE DE SOUFFRANCE, LE RESSSENTI D'UNE VIE SANS ISSUE, PIRE D'UNE VIE FAITE EXCLUSIVEMENT
DE VIOLENCE,
DE MENACES DE VIOLENCES.
L'ENFER.
CETTE PEUR DU SECOND DEGRE EST DIFFICILE A QUITTER, CAR ELLE EST PERCUE PAR LA VICTIME COMME ETANT UNE EMANATION D'ELLE MEME. 
EN SE LIBERANT DE CETTE PEUR, DU SENTIMENT QU'IL EST IMPOSSIBLE DE NE PAS AVOIR PEUR, L'ETRE SE REMPLIT DE NOUVEAU DE L'AMOUR, DE LA VIE - DE NOUVEAU, CAR L'AMOUR EST LA VRAIE NATURE DE L'ETRE-
IL NE S'AGIT PAS DE FAIRE L'AMALGANE AVEC LE COURAGE OU LA VOLONTE QUI NECESSITENT TANT L'UN QUE L'AUTRE, D'AVOIR DES FORCES EN RESERVE.
EN EFFET LA PERSONNE QUI A PEUR EST SOUVENT DEMUNIE DANS SES CAPACITES DE REACTION, SURTOUT LORSQU'IL S'AGIT DE LA PEUR DU SECOND DEGRE.
IL S'AGIT AU CONTRAIRE DE SE METTRE DANS UNE ATTITUDE D'ABANDON.
NON S'ABANDONNER OU D'ABANDONNER LA VIE,DE TOUT ABANDONNER, MAIS D'ABANDONNER SEULEMENT CE SENTIMENT DE PEUR.
LA VICTIME DOIT SE  DIRE COMME DANS UN DERNIER SOUFFLE:
"J'ABANDONNE MA PEUR !"
CETTE EXPRESSION EST LA MAIN SUR L'INTERRUPTEUR DANS UNE PIECE OBSCURE DANS LAQUELLE SE TROUVE TOUTE SEULE, LA VICTIME.

SOUVENT LES ACTES SIMPLES LIBERENT GRANDEMENT, ENCORE FAUT-IL SE L'ENTENDRE DIRE POUR AGIR!

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Droit et humanité

c