Consultez notre espace vidéos

Demandez à être rappelé

Afficher la navigation
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Droit des personnes et divorce > DIVORCE ET RELATIONS HUMAINES -II°- LE POLYTRAUMATISME CONSEQUENTIEL OU TRAUMATISME CONTINU CHEZ LES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES. RÉACTION SOCIALE NON CONFORME A LA RÉACTION CHIMIQUE DE LA VICTIME.

DIVORCE ET RELATIONS HUMAINES -II°- LE POLYTRAUMATISME CONSEQUENTIEL OU TRAUMATISME CONTINU CHEZ LES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES. RÉACTION SOCIALE NON CONFORME A LA RÉACTION CHIMIQUE DE LA VICTIME.

Le 02 septembre 2013
LES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES SONT DES VICTIMES POLYTRAUMATISEES EN CE QUE LES AGISSEMENTS COMMIS PAR L'AUTRE ONT DES CONSEQUENCES CUMULATIVES DE DEUX ORDRES.
   1°/ NON SEULEMENT L'EMPECHEMENT A TOUTE REACTION DE PROTECTION, DE DEFENSE OU DE FUITE. EN D'AUTRES TERMES LA VIOLENCE A POUR CONSEQUENCE DE PARALYSER LA VICTIME ET CE D'AUTANT QUE LES VIOLENCES SONT EXERCEES DANS UN CADRE CLOS, D'INTIMITE EN PRINCIPE LIEU DE SECURISATION.
  2°/ MAIS LA REITERATION DES FAITS CCONTRIBUE A DEVELOPPER UN COMPLEXE DE RESPONSABILITE DE L'ETAT d'EFFRONDREMENT DE LA VICTIME.
 
 
1°/ SUR L'INERTIE CONSEQUENTIELLE DE VIOLENCES CONJUGALES.
IL EST FREQUENT QUE LES PROCHES DE LA VICTIME IGNORENT TOUT DE CE QU'ELLE VIT.
LORSQUE LA VICTIME S'EXPRIME ENFIN, GRACE A DES MOYENS QUI LUI SONT EXTERIEURS, INDEPENDANTS DE SA VOLONTE ET DE SES CAPACITES PROPRES, LES PERSONNES SONT TOUJOURS SURPRISES QUE LA VICTIME NE SOIT PAS PARTIE, QU'ELLE N'AIT PAS QUITTE L'AUTEUR DES VIOLENCES, N'AIT PAS REAGI, N'AIT PAS PORTE PLAINTE.
LA PORTE NE S'OUVRE QUE DE L'EXTERIEUR.
IL FAUT COMPRENDRE QUE C'EST TOUJOURS PAR UN MOYEN EXTERIEUR QUE LA VICTIME VOIT CESSER LES VIOLENCES. 
SAUF EXCEPTION, LES VICTIMES SONT INCAPABLES DE REACTIONS OPPORTUNES COMME LA FUITE, ENCORE MOINS INCAPABLES DE SE DEFENDRE.
IL EST EXCEPTIONNEL QUE LA VICTIME REAGISSE SANS LE CONCOURS D'UNE AIDE EXTERIEURE.
SI LA VICTIME REAGIT, C'EST A LA PREMIERE MANIFESTATION DE VIOLENCE QU'ELLE REAGIT, JAMAIS APRES PLUSIEURS ACTES DE VIOLENCE.
ELLE SE DEFEND OU REAGIT IMMEDIATEMENT OU QUASI IMEDIATEMENT SINON JAMAIS !
C'EST SELON LES FLUX METABOLIQUES DE CHACUN. 
EN PRINCIPE SI ELLE REAGIT, LA VICTIME QUITTE SON CONJOINT(E), SANS LAISSER A L'AUTEUR DES VIOLENCES, LA POSSIBILITE DE REITERER.
CAMISOLE CHIMIQUE.
DANS LA PLUPART DES CAS CEPENDANT, LA VICTIME EST EMPECHEE CHIMIQUEMENT.
IL SE DEVELOPPE CHEZ ELLE UNE REACTION CHIMIQUE QUI PARALYSE SON CORPS.
LA VICTIME EST REELLEMENT PARALYSEE.
PRECISEMENT PARCE QU'ELLE EST REELLEMENT PARALYSEE, ELLE NE FERA RIEN, NE PEUT RIEN FAIRE!
ELLE RECOIT UN CHOC, QU'IL SOIT PHYSIQUE, VERBAL OU PSYCHOLOGIQUE, IL S'AGIT D'UN CHOC AYANT ENTRAINE UN TROUBLE POST-TRAUMATIQUE.
L'HUMILIATION PEUT ENTRAINER EGALEMENT UN CHOC ET PEUT PRENDRE TOUTES LES FORMES.
CE TROUBLE POST-TRAUMATIQUE SE TRADUIT PAR UNE EMOTION INTENSE, REDOUTABLE, PAROXYSTIQUEMENT ANGOISSANTE, UN TRESS EXTREME.
CE STRESS BLOQUE L'ESPRIT ET LE CORPS DE LA VICTIME.
CET ETAT EST COMPARABLE A CELUI D'UNE PERSONNE QUI EST EMPECHEE DE CRIER ALORS QU'ELLE FAIT UN CAUCHEMAR EN RAPPORT A UN DANGER IMMINENT.
C'EST SUITE A CETTE REACTION CHIMIQUE PROVOQUEE PAR LE PSYCHISME DE L'INDIVIDU AGRESSE, QUE TOUT SE BLOQUE.
C'EST LA RAISON POUR LAQUELLE LA VICTIME NE PEUT REAGIR, NI PAR REFLEXION, C'EST A DIRE EN FAISANT APPEL A SON INTELLECT, EN REFLECHISSANT A CE QUI LUI ARRIVE, NI PAR INSTINCT, C'EST A DIRE PAR PRESERVATION NATURELLE A LA VIOLENCE DE L'AUTRE.
SEUL UN REFLEXE D'IMMOBILITE S'IMPOSE A ELLE, COMME PAR UNE FORCE PULSIONNELLE.
IL S'AGIT D'UNE ATTITUDE ARCHAIQUE AU SENS PRIMAL DU TERME.

LA VICTIME SE SAIT, ELLE SE SENT EN DANGER ET S'IMMOBILISE COMME LE FERAIT UN LOINTAIN ANCETRE  DEVANT UN ORAGE OU DANS LE GRONDEMENT DU TONNERRE OU PLUS PROCHE ENCORE COMME L'ONT FAIT, DES HABITANTS DE LA ROME ANTIQUE DANS L'IGNORANCE QU'ILS ETAIENT, DEVANT UNE PLUIE DE CENDRE VOLCANIQUE.
OU FUIRE ?
QUELLE REACTION OPPORTUNE AVOIR?
L'IMMOBILITE EST UNE REACTION IRREPRESSIBLE.
L'ENTOURAGE S'IL NE PREND PAS CONSCIENCE DE CETTE IMPOSSIBILITE REACTIONNELLE DE LA VICTIME, NE LUI SERA D'AUCUN SECOURS VOIRE RISQUE D'AGGRAVER SON ETAT, AJOUTER A SA PARALYSIE.
PIS ENCORE LA VICTIME RISQUE DE CONSIDERER LA VIOLENCE COMME NORMALE VOIRE EN ENDOSSER LA RESPONSABILITE.
IL Y  A SOUVENT UN AMALGAME  ENTRE CULPABILITE ET RESPONSABILITE.
CE QUI FRAGILISE LA SORTIE DU TROU POUR LA VICTIME.
LA VICTIME NE SE SENT PAS COUPLABLE DES COUPS QU'ELLE RECOIT CONTRAIREMENT A UNE IDEE FAUSSE.
EVENTUELLEMENT ELLE PEUT CONCEVOIR DANS UN ESPRIT CONDITIONNE PAR LA REPITITION DE LA VIOLENCE QUE LES COUPS RECUS SONT JUSTIFIES. JUSTIFIES PAR SON ETAT "ANORMAL".
SI LA VICTIME NE SE SENTAIT PAS HORS DE LA NORME BIEN SUR QU'ELLE PARLERAIT DE CE QU'ELLE SUBIT.
C'EST CELA LA RESPONSABILITE : ASSUMER LA CONSEQUENCE DES SES ACTES...SAUF QU'EN L'ESPECE IL NE S'AGIT PAS DES ACTES DE LA VICTIME, D'ACTES DE VIOLENCE QUI SONT EUX COMMIS PAR L'AUTEUR DES FAITS !
IL S'AGIT D'UNE CONTORSION PSYCHIQUE QUI FAIT ENDOSSER LA RESPONSABILITE D'UN AUTRE, DE L'AUTRE, LA RESPONSABILITE QUI RESULTE D'ACTES DE VIOLENCE EN L'ESPECE COMMIS PAR L'AUTRE.

LA VICTIME SE SENT ETRE RESPONSABLE DE CE QU'IL LUI ARRIVE ET NON PAS COUPABLE !

2° LE COMPLEXE DE RESPONSABILITE D'EFFONDREMENT DE LA VICTIME PAR ELLE MEME.
LA REPETITION DES ACTES DE VIOLENCE N'AGUERRIT JAMAIS LA VICTIME.
AU CONTRAIRE PLUS LES ACTES DE VIOLENCE SERONT REPETES, PLUS LA VICTIME SERA INERTE.
SI CELA EST ACQUIS, CEPENDANT LA PLUPART DES PERSONNES QUI POURRAIENT AIDER LA VICTIMES, PARENTS, AMIS, COLLEGUES SE LASSENT DE L'ATTITUDE MUTIQUE OU FAUSSEE DE LA VICTIME.
LA VICTIME SE TAIT PAR CE QU'ELLE NE SAIT PAS QU'ELLE DOIT DIRE CE QU'ELLE VIT, PARCE QU'ELLE N'A MEME PLUS CONSCIENCE DE CE QU'ELLE VIT.
QU'ELLE NE SAIT PAS OU PLUS QUE CE QU'ELLE VIT N'EST PAS LA NORME !
CEPENDANT LA VICTIME CREE DU FAIT DE LA REPETITION DES VIOLENCES UN SENTIMENT DE RESPONSABILITE DE CE QUI LUI ARRIVE.
AU POINT D'EXACERBER LA PERSONNE VIOLENTE QUI VA REDOUBLER DE CRUAUTE ET D'EXASPERER MALHEUREUSEMENT  LES PERSONNES DE SON ENTOURAGE QUI POURRAIENT L'AIDER.
LES PROCHES AU MIEUX, AU FUR DE LA REPITITION DES ACTES, VONT SUGGERER A LA VICTIME DE REAGIR ET DE TROUVER EN ELLE-MEME UNE SOLUTION, PUISQU'ELLE NE SEMBLE PAS ETRE EN CAPACITE D'ENTENDRE AUCUN DES CONSEILS QUE L'ENTOURAGE PRODIGUE DANS LA CROYANCE QUE SE SONT DES CONSEILS AVISES, ALORS MEME QU'ILS PRODUISENT UN EFFET DES PLUS RAVAGEURS! 
SOUVENT RIEN NE PARAIT DE CE QUI SE PASSE DANS L'ANTRE DU MONSTRE QUI N'EST PLUS UN ÂTRE DE SERENITE.
PLUS LES VIOLENCES SONT REITEREES, PLUS LA VICTIME S'ENFERME DANS CE QU'ELLE CROIT ETRE LA CONSEQUENCE DE SA PROPRE ATTITUDE.
PLUS ELLE SERA EN SOUFFRANCE, PLUS ELLE SE SENTIRA MAL, PLUS ELLE SE CROIRA RESPONSABLE DE CE QU'ELLE SUBIT.
LA MISE EN CONBFORMITE EST VAINE !
POUR NE PLUS AVOIR A SUPPORTER LE COURROUX DE L'AUTRE, ELLE DOIT AVOIR UNE ATTITUDE PLUS CONFORME A CE QUE L'AUTRE EN ATTEND, CROIT-ELLE A TORT, SANS POUR AUTANT SAVOIR QUELLE ATTIDUDE ADOPTER POUR PLAIRE ET AINSI FAIRE CESSER LES VIOLENCES.
EVIDEMMENT C'EST A L'AUTRE DE CHANGER SON COMPORTEMENT ET NON A LA VICTIME DE FAIRE CESSER CE DONT ELLE N'EST PAS RESPONSABLE.
MAIS LE SAIT-ELLE, QUE MOINS L'AUTEUR DES VIOLENCES NE SE SENT COUPABLE DE SES ACTES VIOLENTS VOIRE DE SA BARBARRIE, PLUS LA VICTIME SE CROIT RESPONSABLE DE CE QUE L'AUTRE LUI FAIT SUBIR.
IL S'AGIT D'UN CYCLE SANS FIN ALLANT GRANDISSANT EN SOUFFRANCE.
DANS CE CERCLE VICIEUX, LA VICTIME S'ENFERRE AU FUR DU TEMPS QUI PASSE ET QUE SOUVENT SEUL LA MORT OU LE DEPART VOLONTAIRE DE L'AUTEUR DES FAITS, QUI AURA TROUVE UNE AUTRE PROIE, PEUT INTERROMPRE.
POUR QUE LA VICTIME QUITTE CETTE SITUATION D'ENFERMEMENT, L'AIDE DES AUTRES EST INDISPENSABLE.

MAIS LES VICTIMES EN GENERAL N'ONT PAS LA COTE !
C'EST SOUVENT QUE LES VICTIMES DERANGENT COMME ETANT PORTEUSES D'UNE MALADIE CONTAGIEUSE, DONT ELLES SERAIENT PORTEUSES.
LA CONSEQUENCE C'EST QUE LES PROCHES DEVIENNENT DE LOINTAINES CONNAISSANCES !

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Droit des personnes et divorce

c